vendredi 13 novembre 2015

Mon sexe, il est beau?

Une fois que la question de la normalité de son sexe est à peu prés réglée, se pose, comme pour toute partie du corps à l’heure actuelle, la question de sa beauté.
En effet, les patients l’observent de plus en plus, émettent leur avis, en parlent très librement. Une star de la télé réalité déclarait même récemment avoir un vagin au moins aussi beau qu’avant son premier accouchement…Erreur  anatomique ou grande souplesse; en tout cas, l’esthétique des parties intimes est désormais incontournable. Améliorer l’apparence de son sexe, le garder jeune, comme son visage, est devenu un sujet à part entière.
Première interrogation: la pilosité. Comment faut-il l’épiler? Cela varie avec certaines modes. De manière définitive grâce au laser? Jusqu’à quel point? Triangle, ticket de métro? Pour ne plus jamais avoir aucun poil comme une très jeune fille au risque de le regretter? Laisser le naturel des années 70 (la zone en friche donc) rêvé par Nikki Silver la nouvelle papesse de l’érotisme poilu? D’autre part, pour assortir le haut et le bas, dans un souci d’homogénéité, certaines (souvent d’âge plus mûr…) se font la même coloration sur les poils pubiens restants que sur les cheveux.
Et les hommes? Doivent –ils dompter leur pilosité ou l’accepter? Doivent-ils utiliser une tondeuse pour améliorer le contact et l’impression de propreté?
Deuxième interrogation: la couleur. Les zones intimes sont physiologiquement plus foncées ce qui n’est pas au goût de chacun. Leur désir de le dépigmenter (la vulve, les testicules, le pli interfessier…) au laser notamment est régulièrement exprimé. Cas inverse: les patients et patientes atteints de vitiligo des parties intimes (dépigmentation sans gravité mais parfois gênante, irrégulière, d’évolution anarchique, probablement d’origine auto-immune). Lorsqu’ils consultent pour avis thérapeutique, je les sens très déçus quand je leur conseille simplement d’éteindre la lumière au lieu de traiter.
Troisième interrogation: la fermeté, la tenue. Sur le plan médical, des injections d’acide hyaluronique (produit dit de comblement, utilisé en esthétique essentiellement pour améliorer les plis et rides du visage) continuent à être employées pour repulper, pour hydrater les petites et les grandes lèvres. Un nouveau laser a également été mis au point, par analogie avec ceux destinés à la rejuvénation du visage, l’amélioration de la fermeté. On y a surtout recours pour revitaliser la muqueuse vaginale et ainsi lutter contre la sécheresse de cette zone. Sur le plan chirurgical, certains chirurgiens plasticiens se sont spécialisés dans les interventions sur les parties intimes. Pour les femmes, la labioplastie a pour but de réduire la taille des grandes ou des petites lèvres, qu’elles décrivent parfois comme flétries ou tombantes. La vaginoplastie permet de diminuer la taille de l’orifice vaginal et de le rendre ainsi plus tonique, de le rajeunir lui aussi. Pour les hommes, il s’agit essentiellement d’allonger ou d’élargir la taille du pénis.
Ça y est, problème de la beauté réglé? Alors continuez d’être prudents et sortez protégés!

F

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire