lundi 11 mai 2015

Menottes ou foulard?

J’ai reçu un jeune patient d’une vingtaine d’années, bégayant, très gêné,  la raison de sa venue. En effet, il s’était fait faire un piercing du gland, qui quelques jours après, peut-être avait-il mal désinfecté, s’était enfoncé et solidarisé à la peau.
J’avais déjà rencontré ce phénomène chez une jeune fille porteuse de boucles d’oreille, il arrive que le métal s’enfonce dans la chair, la peau le recouvre, obligeant à le rechercher en profondeur, à le désincarcérer, et à le retirer sous anesthésie locale.
Avec mes collègues gynécologues, on remarquait depuis longtemps, de plus en plus fréquemment, la pose de piercing sur des zones improbables : outre les classiques piercing du mamelon ou de la langue, le piercing du prépuce, d’une petite lèvre, du clitoris… Alors même que je préparais mon matériel, et que l’anesthésie commençait à être efficace, j’interrogeais donc ce pauvre jeune homme sur les motivations d’une telle décoration.
Je compris (enfin) que ces localisations particulières de pose permettaient de pimenter, d’accentuer les sensations de la ou du partenaire, lors des rapports, et notamment lors de la pénétration…Cela m’expliquait également certains traumatismes locaux que j’observais parfois en consultation, comme des déchirures vaginales nettes, des grandes stries de griffure du pénis…
L’univers actuel de la sexualité est donc exigeant, performant, à la recherche de nouvelles expériences. Alors qu’on prône un monde épuré, naturel, avec des cosmétiques sans paraben, une nourriture bio, sans gluten ni lait de vache, obtenue sans recours aux pesticides, pourquoi penser qu’utiliser des artifices et des jeux parfois dangereux et douloureux nous assurera plus de plaisir ?
Voulons-nous une version moderne et rock du Marquis de Sade? Nous inspirons-nous de certains réalisateurs comme Lars Von Trier pour lesquels le sexe inspire noirceur et souffrance ? Cherchons-nous à imiter la nouvelle littérature comme Fifty shades of grey , 3 tomes de supplice ?
Pouvons-nous encore jouir sans foulard ou cravache en cuir ?

F

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire